Souvenirs de voyage

Une ballade en brousse

 

Kolda et Ballade 021

C’était le samedi 23 décembre2006. La température était fraîche et la lumière ocre du soleil était pâle. J’avais pris dans mon sac de quoi manger, de quoi boire, de quoi se soigner et mes papiers d’identité au cas ou l’on retrouverait mon cadavre. Quelques pépiements s’élevaient au-delà des cimes d’eucalyptus. A la sortie de la Ville, des tas d’ordures jonchaient sur le bord du chemin puis une centaine de mètre, plus rien. Après quelques dizaines de minutes de marche, j’arrivais dans un village nommé Djimini. Je saluais au passage un homme boiteux apportant de la marchandise pour la ville.

 

IMG 0151

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                  

 

          Les femmes nettoyaient le seuil de leur maison et quelques enfants surveillaient le repas au dessus d’un feu. A la sortie de ce village, quelques femmes me disaient bonjour. Une des leurs m’apostrophait en disant de prendre le chemin de gauche. J’ai en fait pris le chemin de droite car il allait vers le sud, une direction que je voulais prendre. Je remerciais tout de même la femme et continuait ma route en longeant un champ de coton.  

 

                   Au fur à mesure que j’avançais, le paysage commença à s’étoffer, à devenir plus dense et à changer de couleur. Puis j’arrivai enfin dans la forêt. Le chemin devint sinueux et englouti par les feuilles mortes. J’eus dù mal à repérer la route quand soudain, je me retrouvai nulle part, sans sentier. Alors je décidai de tracer dans la foret au suivant le soleil. Je pataugeai parmi les hautes herbes et les branches basses. Un acacia me tendit un piège ainsi qu’un tronc invisible où je faillis me ramasser par terre. Puis je franchissais des marigots asséchés, où la vase était dure formant des crevasses et des pics. Vive les chaussures de marche !


                     Enfin, je retrouvais un sentier et je le suivis crénom de crénom ! J’entendais quelqu’un abattre un arbre et rencontrait un charbonnier. Il surveillait la braise et entassa les bûches sur le coté. Je continuait ma route en perdant encore de vue le sentier qui semblait vouloir me fausser compagnie. Pendant une bonne heure, je surfais entre les branches, les troncs, les souches, les buissons épineux et les herbes hautes.

Et j’atterris sur un beau sentier qui m’emmènait dans une clairière. Cette clairière me révélait des surprises pas du tout plaisant. Des bouses de vaches abondaient partout et des mouches jouaient à cache à cache autour de mon visage. J’aperçus une cabane brûlée avec des restes de vêtements, des chaussures et des calebasses.

IMG 0168


          Bref, un temps plus tard, sur un sentier étroit, j’étais stoppé par un cours d’eau. Je ne savais pas comment passer et de l’autre coté, deux villageois me firent signe de monter en amont. Je respectais leurs consignes. J’aboutis en fait à la source de l’Anambe. Je contournais donc la source et les hommes m’accompagnaient jusqu’à leur village. Des cabanes en chaumes sont disposées à la confluence de l’Anambe et d’un canal. Je remarquais un puits creusé dans la terre recueillant l’eau de la rivière. Des carpes séchaient sur des tôles et des fours grillaient des tranches de carpes. Un vieil homme m’invita à s’asseoir sur un banc. Nous discutions et je fis une séance photo. Par la suite, l’un des gars, Souleymane, m’accompagnait pendant 2 kilomètres jusqu’à un carrefour. Le paysage devint plus aride et plus on avançait, le canal devint sec. Arrivé au carrefour, Souleymane me laissait et je continuait ma route. Je ne voyais pas d’ombres dignes de ce nom. Je longeais des rizières arides et croisais des rolliers d’Abyssinie et des tourterelles du cap. Enfin, un grand étang m’attirait et je fis quelques maigres photos d’oiseaux. Je croisais des enfants en vélo qui se sont arrêtés pour me saluer. Il était 12h00 déjà environ.

La végétation fut plus verdoyante mais parsemée. J’aperçus enfin un village.


IMG 0183

                           Un père de famille m’invitait à venir et me montra une peau de boa sèche. Il voulut que je l’achetasse puisque que j’étais un toubab. Je refusais gentiment puis après discussions amicales, je fis une séance photo. Je le remerciai et arrivai enfin au village nommé Koulinto. Je croyais
de ne pas y arriver. En fait, j’étais sur une vraie piste de latérite. 12h30. Je fus à 8 kilomètres de Kounkané, ma destination finale.

A la sortie de Koulinto, un agriculteur m’invita à venir le voir et me vendis des arachides tout récemment récoltées. Quelques centaines de mètres après, je pris mon pique-nique à l’ombre d’un arbre dans un champ, en compagnie d’un troupeau de vaches qui s’approchait au loin.

IMG_0192.jpg

         Après un repos de 20 minutes, je continuai sur la piste longue et droite. Deux jeunes sur un seul vélo me rejoignaient et voulaient m’accompagner. Je leur offrais des arachides que j’avais dans mon sac.

 

15h15, J’arrivai à Kounkané et je laissai les jeunes rentrer chez eux. Arrivé au bord de la grande route, je pris un litre de jus d’ananas et un demi-litre de coca. Pour le retour, sur Vélingara, je montai dans un car rapide et j’arrivais chez moi vers 17h15 !


Par défaut

Allez, tu peux oser mettre un mot ! ;-)