Chroniques du jour

Tout que ce j’aimerai dire

Tout ce que j’aimerai dire ne va pas plaire à tout le monde.

Je ne pourrai jamais satisfaire chaque personne sinon je me mentirai et cela serait hypocrite.

Et pourtant il faudra bien que je m’exprime, témoigner sur ce que je pense et sur ce que je vis.

Si je ne partage rien, comment pourrais-je grandir dans mes réflexions sans confronter mes idées avec les idées des autres ?

C’est sûr que partager mes idées, je dois m’attendre à essuyer des critiques de toutes sortes, des plus agréables aux plus virulentes et acerbes.

Je reconnais que faire part de ses idées, c’est se rendre vulnérable, plus fragile mais elles peuvent évoluer, être nuancé selon comment l’autre m’écoute et essaye de me comprendre.

Il peut arriver aussi que mes opinions peuvent paraître tranchées, et pourtant, si on prend la peine d’aller plus loin, cela peut être plus subtile que cela à la lumière de mon histoire, de mon environnement familial, social ou professionnel.

Pas facile de s’exprimer quand l’autre apprend que je suis catholique, ou bien musulman, ou bien athée (et ainsi de suite selon ses croyances ou pas). Des réticences peuvent apparaître et je peux être malheureusement vite être étiqueté.

Est-ce que ma liberté d’expression a des limites ? Pour la part, oui. Je ne pourrai pas me moquer de la faiblesse de l’autre. Je ne me vois pas rabaisser l’autre par mes mots. Je pourrai rire de tout en fonction du contexte et du lien de confiance que j’ai avec l’autre personne.

Non, c’est jamais simple de trouver une juste mesure surtout quand on s’adresse à une personne ou public que l’on connait pas et surtout qu’on ne sait pas comment cela va réagir.

Je reconnais parfois mes limites face à des personnes qui sont dans une position radicale.

Est-ce qu’on peut limiter son expression en fonction de son impact que l’on peut avoir ? Des impacts de violence, de colère ?

Tout ce que j’aimerai dire peut blesser certaines personnes sans que je le veuille.

L’autre qui reçoit mes paroles est un mystère. Il a sa propre liberté aussi de réaction qui peut se décliner sur milles facettes en fonction de ses représentations, de son vécu, de ce qu’il sait et de ce qu’il a appris.

Au fur et à mesure que je m’exprime, je comprends mieux la citation de Voltaire : «  Je ne suis pas d’accord avec vous mais je ferai tout pour que vous le disiez ».

Si je me tais et n’ose plus m’exprimer, je pourrai m’isoler et me ruminer des colères, des incompréhensions parce que je n’aurai pas pris la peine de parler de ce qui m’habite et d’avoir un retour. Je pourrai exploser par la violence pour une idée que je n’aurai pas pu dire.

Osons dire nos mots et osons nous écouter malgré la crainte de critiques, de retours pas agréables à entendre.

Jamais je ne pourrai imposer ma pensée à l’autre. Je ne peux que témoigner, partager et avancer dans un dialogue vrai, sans hypocrisie, sans jugements.

Je reconnais que s’exprimer, ce n’est jamais facile. Mais quand je m’exprime et que je suis entendu sans être jugé, cela fait un bien fou.

Pour finir, je souhaite vous partager le témoignage d’un ami prêtre, aumônier en prison :

« Certains des personnes que je rencontre en cellule ont approuvé les attentats. Je leur ai dit : « Je prierai pour vous ». Ils ont accueilli mes propos et m’ont demandé de revenir les voir ! ».

Par défaut

18 réflexions sur “Tout que ce j’aimerai dire

  1. Très bien dit !!!! On ne peut pas être tout le temps d’accord avec tout le monde et tout le monde ne peut pas être d’accord avec nous sinon on vivrait chez les bisounours, l’essentiel c’est d’essayer de s’accepter et au mieux d’essayer de trouver quelque chose dans les paroles des autres qui peuvent faire avancer notre pensée. Une discussion n’a pas pour tout le monde vocation à faire changer d’avis celui avec qui on parle mais l’intelligence est à mon sens de savoir écouter et se dire que le discours de l’autre n’est pas à rejeter en bloc mais il y a toujours quelque chose à apprendre et à en retenir (à méditer plus tard posément). On nous a doté de parole (je ne crois pas en Dieu) et je pense que ce n’est pas seulement pour “jeter” ses pensées à la figure des autres mais on a aussi un cerveau et il faut s’en servir pour avancer et évoluer. Et par évoluer j’entends s’ouvrir aux autres façons de pensée pour en sortir grandi, car on sait comment d’autres peuvent aborder un sujet même si cela ne nous fait pas forcément changer d’avis, ou tout du moins sur l’instant, un argumentaire peut toujours servir dans une autre situation et sur un tout autre sujet. L’ouverture d’esprit est rare dans ce monde (c’est un avis personnel que j’assume) et je pense que ton article d’aujourd’hui en est une marque.
    Ne te met pas en “colère” il y a des gens qui ne veulent et ne peuvent changer et on peut malheureusement rien.
    Je t’embrasse et pase un bon dimanche:-)

    • Un grand merci pour ta grande réponse. Un grand merci d’avoir pris le temps de répondre et me partager ta pensée. Oui, je reconnais que malheureusement, tout le monde ne veut pas écouter ou ne peut pas écouter.
      C’est vrai que pour un dialogue possible, il faut qu’il y ait un minimum d’ouverture d’esprit de l’un et de l’autre!
      Encore merci et très bon dimanche à toi aussi,

  2. Tu as raison ce n’est pas facile de s’exprimer face à d’autres
    personnes qui n’ont pas les mêmes opinions que soit…
    surtout quand en face soit on à affaire à des extrêmes,
    qu’ils soient religieux ou politiques, parfois on a affaire à
    un dialogue de sourds….
    Belle fin de soirée.

  3. J’imagine un monde sans dieux ni dirigeants ; peuplé de gens bons 🙂 et animaux herbivores… ; où les steaks 🙁 poussent (comme dit mon mari) sur les arbres ; un monde éthique sans nulle étiquette gauche, droite, milieu… ; un monde où l’on pratique l’agriculture responsable, le rêve et l’amour… Etique mon voeux… mais j’y crois toujours… 🙂
    Bonne journée Vivien.

  4. Bonjour Vivien,
    Dans le dialogue pour qu’il y ait échange c’est être sincère, être soi en offrant nos pensées sans les imposer et écouter celles des autres tant qu’elles ne sont pas imposées non plus, sans porter de jugement.
    Imposer une idée, c’est clore le débat, le dialogue.
    La différence fait partie du monde. Que l’on soit d’accord ou pas avec les pensées des autres est une chose, mais on respecte le fait que ces pensées là ne nous appartiennent pas. Ecouter la différence agrandit notre faculté d’apprécier les choses.
    Proposer sans imposer, écouter sans juger, est la clé du dialogue.
    Je ne suis pas croyante, mais je respecte ceux qui croient tant qu’ils n’imposent pas leur vision et je souhaite être respectée par les croyants parce que je n’imposerai pas ma vision.
    Belle journée à toi.
    Val

  5. Je ne suis pas d’accord avec vous mais je ferai tout pour que vous le disiez ». La phrase-clef! Merci pour partager avec nous ce que tu penses. Merci Vivien.

  6. la communication est bien difficile, il y a ce que l’on veut faire comprendre a l’autre, ce que l’autre croit comprendre, desfois il entend et comprend autre chose que l’on veut dire, et en fait les deux personnes sont d’accord mais avec des mots et des sens qui ne sont pas les meme pour eux meme, c’est pour cela qu’a la llimite il faudrait comme en phylo définir ce que l’on entend par, ceci ou cela
    bref, il faut aussi savoir ecouter l’autre, et faire l’effort de comprendre, a la limite le stopper et dire, ah veux tu dire que …. et l’autre repondrait patati patata, mais bon les gens sont ds la parole sur un sujet, dans l’emotion, dans l’exitation desfois de dire de placer des idees alors ils parlent plus fort etc voire se dispute, en fait on a beau ne pas etre ok mais il faut savoir se respecter à mon humble avis,
    j’ai discuté avec un ami Musulman justement, sur le malheur qui est arrivé, je disai mon opinion, et il a rien compris, alors que je disais que des choses de paix, mais bon il etait parti sur la défensive, pfff je sais pas pourquoi, je disais en plus des beaux trucs il entendait le contraire, et ca partait ds tous les sens , et le sujet abordé sans est allé vers d’autres probleme qui n’avait rien a voir, d’ou aussi le probleme de rester ds le fil des conversations

    bon, bref, moi je trouve que ta raison dans ce que tu as ecris en tous les cas cela donne a reflechir

    bisous

  7. je crois que tout a été dit, juste je rajouterais que l’incompréhension reculera par l’éducation, il faut éduquer pour éviter l’obscurantisme et l’incompréhension entre les peuples, les religions et les cultures

  8. Pingback: 50 000 vues | Le souffleur de mots

Allez, tu peux oser mettre un mot ! ;-)