Chroniques du jour, Surdité

Témoignage d’un sourd oraliste

Bien que la surdité soit invalidant dans le champ de la communication, cela ne m’empêche pas d’entendre le monde qui m’entoure par les yeux, le toucher et par mon appareil auditif qui marche très bien.
Bien sûr que le fait d’être sourd, c’est difficile de suivre les conversations, de ne pas savoir d’où viennent les voix, d’être vite fatigué lors de longues conversations etc….
Je suis sourd oraliste. Je n’entends rien des deux oreilles sans appareils, mais l’un entend grâce un appareil auditif. Je suis en mode mono pour entendre. Sourd de naissance, je suis appareillé depuis l’âge de 2 ans et je n’ai commencé à parler que vers 5 ans grâce à de l’orthophonie et à un environnement familial très présent.
J’ai eu une scolarité normale sans professeurs spécialisés. J’avais des séances d’orthophonie régulièrement jusqu’à l’âge de 13 ans environ. Je me souviens qu’à l’époque, je devais essayer d’articuler avec un petit bâton métallique entre les dents. Terrible. Mais ça c’est une méthode révolue. Enfin, j’espère. Puis je me souviens que je devais essayer d’entendre mon orthophoniste et la comprendre quand elle était derrière moi. Je détestais ça mais au moins, ça a payé. J’ai une récupération auditive énorme grâce à mon appareil. Je parle très bien et ça ne s’entend pas du tout que je sois sourd. Le théâtre m’a beaucoup aidé à articuler et à poser ma voix. J’en ai fait à partir de la seconde. Quand la fatigue vient me cueillir, ma locution devient brouillonne, assourdissant certains sons comme du je en che etc…
J’ai d’énormes avantages avec ma surdité. Je peux dormir comme un loir sans entendre les ronflements, les bruits de voiture, la musique à fond des voisins. Je peux éteindre mon appareil dans les lieux public tel que le métro quand des bruits sont agaçants. Par contre, je n’éteins jamais quand une personne me parle quand ça me déplait. Par respect, tout simplement.
Pour compenser, j’ai le sens du détail et j’adore faire des photos.
Quand on me parle et que j’entends la moitié des choses, je fais tout le temps des reconstitutions des mots entendus pour essayer de comprendre de ce que vient de me dire la personne.
Ma scolarité s’est très bien passée. Ma surdité ne m’a pas empêché de passer mon bac littéraire, ni ma licence de géographie, ni de passer mon diplôme d’éducateur spécialisé et exercer le métier, de partir vivre en volontariat au Sénégal et enfin, faire ma formation de documentaliste. Rien n’est impossible.
Tout cela grâce aux rencontres de personnes qui ont cru en moi, à ma volonté d’y arriver, à mes lectures, à l’écriture, à l’envie de découvrir le monde et encore plus personnelle, ma foi.
Je souhaite vraiment à chaque personne qui se croit condamné par son handicap à espérer, à rêver et à réaliser ses projets avec des personnes sur qui elle peut compter.
Alors, , ose aller de l’avant, prends des risques ( en te respectant évidemment) et fais toi entourer.

Standard

12 thoughts on “Témoignage d’un sourd oraliste

  1. grand Message en Humilité, qui nous remet en notre Juste Place, en nos voyages d’apprentissage, à nous courber puis nous Relever en Force…. en différence , en nos usages, à Ouvrir le Concept que l’autre est une Lumière en nos yeux…. et Source d’Inspiration que notre Fardeau peut être Dépassé, en Volonté de Croire en son Soi…
    :-))

  2. C’est la première fois que j’entends le mot oraliste et que j’ai découvert sa signification.Je connaissais la langue des signes,c’est un avantage pour se faire comprendre mais à part les sourds et leur entourage,peu de personnes peuvent s’exprimer de cette manière.Etre oraliste,c’est parler comme ceux qui entendent alors tu peux t’adresser à n’importe qui et personne ne s’aperçoit de ton handicap.J’ai connu un couple de personnes sourdes et muettes lorsque j’étais jeune.Le monsieur était cordonnier et il travaillait très bien.Grâce aux gestes qu’il faisait ou aux sons qu’il émettait,j’arrivais à comprendre.Il lisait sûrement sur les lèvres mais j’utilisais aussi les gestes.Oh pas le langage des signes,je ne le connaissais pas.Je ne sais même pas si cela existait à l’époque.Je parle des années 56 et un peu plus tard mais quand on a la volonté de communiquer,je pense que tout est possible.
    Bravo pour ton parcours.Ton dernier paragraphe est très juste.Quand je vois des handicapés physiques qui font du sport,je leur tire mon chapeau.Il faut toujours avancer envers et contre tout et s’entourer des bonnes personnes,c’est essentiel et c’est valable pour tout le monde.
    Je n’écrirai pas d’aussi longs discours lors d’autres parutions.Excuse-moi d’avoir été aussi longue.Je me suis permise de te tutoyer,j’espère que ça ne t’ennuie pas?Le « vous » me paraît si distant et puis j’ai déjà 3 fois 20 ans alors,je suis assez directe sur les blogs. 😉

    • Bonjour,
      je me retrouve en vous car je croyais être anormale … Je suis sourde oraliste (grâce à vous je sais dans quelle case me mettre lol)
      Depuis que je suis en invalidité et avoir suivi des cours de lecture labiale plus de 2 ans, j’ai ma propre association pour aider les SDF et je travaille bénévolement dans la rue depuis 2 ans …
      Les SDF savent que je suis sourde et font très attention !
      Je communique avec les médias et les notables et on a du mal à croire que je suis sourde mais si j’enlève mes appareils, je n’entends plus rien !
      La surdité à un grand avantage, on est pas obligé d’entendre les bruits qu’on ne veut pas et cela repose … il suffit de couper ses appareils ! lol
      J’ai trouvé la force de passer au dessus de ma surdité et d’y trouver des avantages !

Allez, tu peux oser mettre un mot ! ;-)