Promotion de sites internet

Partage d’une lettre d’un sourd à un entendant

Bonjour à tous,

 

Au cas où vous ne le sauriez pas, j’ai écrit une lettre qui pourrait vous intéresser, si vous rencontrer un jour, une personne sourde ou malentendant comme moi. 😉

Lettre d’un sourd à un entendant

Belle soirée à vous et au plaisir de vous lire sur mon autre blog.

A très bientôt pour les photos.

Par défaut
Fleurs

Concerto de crocus pour un sourd en colère

DSC_0215

Un peu de couleur en cette journée grisâtre et humidasse.

Et surtout, je voulais vous partager mon texte Un sourd en colère qui se trouve sur mon autre blog. Un nouveau chemin s’ouvre pour moi.

Je vous souhaite une très bonne journée et pleins de courage dans tout ce que vous entreprenez!

 

Par défaut
Chroniques du jour, Sentiments

Se moquer n’est pas jouer – Témoignage

En ce moment, circule la campagne contre le harcèlement scolaire. J’y suis sensible. très sensible même puisque je l’ai vécu au collège.

Comment cela se passait? Tout se jouait pas mal sur ma surdité. Dans la cour de récréation, on me sifflait et je ne savais jamais qui sifflait. Alors je cherchais le siffleur, en vain et je voyais des visages se marrer. Puis souvent ils parlaient à voix basse quand je passais, en me regardant d’un air amusé. Ils jouaient à me parler sans émettre de sons. J’avais envie de leur dire: “je sais que je suis sourd, merci”. Mais à quoi bon? Pour, j’étais niais et naïf, trop honnête même. J’en jouais pour leur faire plaisir, mais ça me rendait malade. Et tout ça, toutes les semaines.

Il y avait une période où je ne voulais plus aller à l’école et j’essayais de trouver des moyens de tomber malade. (Prise de médicaments mais je vérifiais toujours que ça n’était jamais mortel).

Je me souviens des moments où je voulais me jeter dans l’escalier de béton du collège. Mais à chaque fois, ma petite voix me disait que je pouvais en mourir. Et là, je voulais vivre malgré tout. Vivre mais loin des cons qui ne voulait que s’amuser à se moquer. J’étais le seul sourd du collège, à l’époque, selon mes souvenirs. Je ne m’étais jamais battu. Sauf une fois, en troisième. Mon prof principal m’avait enfin félicité. J’avais préféré quand même que ça se règle autrement.

Les conséquences de cette période dans vie? L’intolérance à la moquerie et aux voix basses, aux apartés.

Mais tout cela ne m’avait jamais empêcher de rêver (j’avais et ait toujours une imagination débordante), de m’appuyer sur des adultes en qui j’avais confiance et d’avoir des modèles comme des héros de romans, des héros de bande-dessinées. J’ai beaucoup écrit aussi, ce qui m’a permis aussi d’avoir des projets fous et de les réaliser! 😉

C’était il y a 20 ans. Je me dis que j’avais de la chance sans les smartphones. Aujourd’hui, tout est décuplé et la connerie s’amplifie sans aucune mesure.

Si je revoyais ceux qui me “martyrisaient”, je voudrais leur poser une question: “A quoi ça t’a servi de te moquer, de jouer de moi?”

Non, se moquer n’est pas jouer et dans tous les domaines de la vie.

Par défaut
Surdité

Sourd ou malentendant?

Est-ce que tu es sourd ou malentendant ?

Tout dépend dans quel contexte je suis et à qui je m’adresse. Et encore, c’est pas si simple que ça.
De manière concrète, j’ai une surdité sévère puisque de mon oreille gauche, je n’entends rien. J’ai une perte auditive de 100 DB (Surdité totale =>120 DB) ? Et pour mon oreille droite, j’ai une perte de 80 BD environ, selon les fréquences. Là, on peut dire que je suis sourd. Mais comme je suis appareillé sur mon oreille droite, la gauche étant hors-course, j’entends bien avec une très bonne récupération auditive. Là, je suis malentendant.

Ton identité de sourd ?

J’en ai pas. Je suis Vivien, tout simplement qui essaie de comprendre du mieux du possible et de s’adapter aux circonstances. Et le monde des sourds ? Avec la langue des signes ? Je m’y sens étranger malgré tout. C’est une autre culture même si je parle un peu la langue des signes.
Pas simple avec les représentations des gens qu’ont sur les sourds et malentendants. « Ah, il est malentendant, il faut juste parler un peu plus fort » « Ah et tu signes ? ».

M’enfin, Vivien, comment tu as fait pour si bien parler et entendre si t’es sourd ?

C’est grâce à la rééducation par l’orthophonie depuis je suis tout petit. Un travail de longue haleine surtout quand je devais répéter les sons sans voir la personne. Terrible ! Mais ça paye. En voiture ou en randonnée, je peux écouter ce que l’on me dit derrière moi sans me retourner. Par contre, quand la personne est devant, de dos. Impossible. Les sons se barrent dans le mauvais sens.

Une petite anecdote?

C’était cet été, dans le jardin de mes parents. ma femme vient me voir et j’entends: “Viens, on va éteindre le signe”. Stupéfaction. Fous rires. Bien sur, c’était “Viens, on va étendre le linge”. L’audition nous réserve parfois des surprises et l’accent des autres aussi!

Merci Vivien. Je vous souhaite une bonne soirée et un très bon week end à ceux qui nous entendent.

Avec plaisir. Si vous avez d’autres questions, je suis à votre disposition.

Par défaut
Surdité

Le silence des sourds

Le silence des sourds est très particulier comparé au silence de ceux qui entendent. C’est un néant sonore. Imaginez que vous êtes dans le noir et que vous ne pouvez même pas percevoir la moindre nuance dans l’obscurité. Dans le silence « naturelle », vous et même moi quand j’ai mes appareils, nous pouvons malgré tout percevoir des bruissements. Une certaine sécurité car nous pouvons réagir au moindre son. Nous maitrisons malgré nous l’espace sonore. Quand c’est le silence total, comme quand je n’ai pas mes appareils ou plus de piles, cela peut-être insécurisant. Imaginez que vous êtes dans le bureau avec vos collègues. Vous travaillez avec un bruit ambiant, vous savez où se trouvent vos voisins de travail. Puis d’un seul coup, vous n’entendez plus rien alors que vous voyez bien, le monde continue de tourner. On vous parle mais vous n’entendez rien de rien. Vous voyez tomber une agrafeuse. Pas de bruit. Ne vous sentez-vous pas insécurisé ? N’est-ce pas angoissant ?

Bien sûr, quand je coupe moi-même mes appareils pour avoir du silence complet, c’est autre chose. C’est voulu. En général, je le fais très peu pour rester présent à l’entourage, à l’environnement.

Le monde sonore a un impact immense sur notre perception de ce qui nous entoure comme le monde visuel… bref avec chacun de nos sens.

Comme le silence, nous, les sourds, percevons le bruit autrement. C’est une nuisance sonore qui nous fatigue encore plus car nous essayons de capter des sons qui peuvent avoir du sens pour nous, pour se repérer. C’est comme si vous regarder la télé et que d’un seul coup, l’image se brouille et vous essayez de voir des formes connus. Vos yeux se fatiguent plus vite.

C’est pour cela que nous apprécions de converser avec des amis dans le silence, dans un environnement calme. 

Par défaut