Billets d'humeur

Where are you going? Où va tu? ¿a dónde vas?

_DSC0321

 

Où aller                                                         Where to go                                              Adónde ir

Quand le doute survient?                 When the doubt is occuring?         Cuando surge la duda?

A qui parler                                                 Who to tell to                                         Quien poder hablar

Quand l’angoisse vient?                       When anxiety came?                     Cuando la angustia viene?

A l’aide!                                                          Help!                                                      Ayuda!

Par défaut
Billets d'humeur

Solitudes

_DSC0154

 

Terrible la solitude quand personne ne peut comprendre.

Terrible même si l’on se sait entourer, et pouvoir se faire entendre.

Déboussolant quand les angoisses prennent à la gorge

Face aux blessures, face aux fragilités qui se rengorgent.

 

Sentiment de désert profond

A l’âme desséchée sans fond.

Une chute vertigineuse

Pour une immobilité nauséeuse.

 

Mais quoi ? Tenter d’espérer contre tout ?

Oser se délester et pleurer sans honte ?

Attendre que ça passe comme un vieux matou ?

Vite de l’air et que s’amorce les fontes.

Les fontes de colère, de tristesse, de rancœurs,

Et cette terrible solitude qui touche en plein cœur.

 

Venez les mots pour souffler au grand Ciel

Et étendre le bras pour crier tout le fiel

Vers les contrées d’inconnu, d’incertitude.

Puis marcher en confiance avec certitude

Que peut-être l’on peut trouver une source

Et croire que l’on peut y arriver, en course

Vers un horizon plus apaisant, sécurisant.

Viens ma solitude pour être énergisant

Et cueillir un petit sourire imprévu.

Par défaut
Billets d'humeur

Le petit Gulliver

Sur le rebord d’une fenêtre,

Rêvait un petit être

Avec une veste et des guêtres.

Il envoyait paître

Son ombrelle noire

Sur la vitre du soir.

Avec son chapeau de velours,

Il en faisait un abat-jour

Et éclaira son visage

Meurtri par les voyages.

Il s’appelait Gulliver.

Un comble pour un nain vert

Lui qui songeait à grandir

Avec ses pieds de cire.

Alors il se met à imaginer

Tel un géant au gros nez

Franchissant avec merveille

Les abîmes du sommeil,

Gravissant avec panache

Les sommets des vaches.

Mais Gulliver se réveillait

Parcourant ses papiers,

Relatant ses périples lointains.

Pour se noyer, il prend du thym

Et en fait de l’alcool très fort.

Il boit pour ne plus boire

Ses souvenirs du dehors

Et pour ne plus avoir d’espoir.

Soudain, une goutte d’eau

Heurta lourdement son dos.

Un parfum de rose se dégagea

Et une silhouette se dévisagea.

Une petite fée

Toute décoiffée

S’approcha sans tarder

De Gulliver hébété.

Ce dernier brisa la vitre

Avec son vieux pupitre

Et s’envola tout en riant

Avec la fée en criant

Les milles amours

Pour toujours.

 

Extrait de “Murmures de la brousse sénégalaise, Copyright VL

Par défaut