Chroniques du jour, Vieillesse

Je ne veux pas vieillir

Je ne veux pas vieillir.

Je ne veux pas avoir des rides

Ni même des cheveux blancs.

Je ne veux pas devenir sénile.

La vieillesse défigurera mon corps.

Le temps me rouillera jusqu’au cœur.

Aux yeux de tous, je deviendrai invisible

Car je ne servirai plus à rien. Inutilisable !

Je serai bon à mettre au placard.

Ma peau fripée fera fuir les regards.

Je ne veux pas être faible et gâteux

A la merci des requins et des escrocs.

Mai quoi, je deviendrai une charge

Et même pire, je serai une décharge.

 

Halte-là jeune effronté et plaintif !

Cela fait partie de la vie et ça s’entretient.

Je suis fier des cheveux gris signe que j’ai vécu

De belles expériences et traversés des obstacles.

Tout dépend du regard que tu portes sur tes jours,

Tout dépend du regard que tu portes sur chaque être.

Il ne tient qu’à toi de choisir de vivre au mieux

En explorant toutes tes richesses, en les partageant,

En les fructifiant. Râle mais après avance avec tes sources

Amicales, fraternelles ou familiales, et même des inconnus.

Non, vieillir, ce n’est pas la mort quand tu n’accumules pas

Que des regrets, des remords, des craintes, des peurs.

Mais jusqu’où vieillir ? Là, je ne peux pas te répondre.

Cela fait partie des mystères de la vie et cela met du piment

Dans tout ce que tu vas imaginer, créer, entreprendre.

Par défaut
Billets d'humeur, Education, Le social

Lettre à un jeune diplômé

Salut à toi qui viens d’avoir ton diplôme en poche,

Même si je ne te connais pas, je voulais te donner quelques conseils d’ami, d’un collègue. Même si je n’ai pas les cheveux blancs, je pourrais te dire quand même certaines choses.

Tout d’abord, n’oublie pas que tu es un professionnel débutant. Même si tu as acquis des connaissances et des compétences, tu les feras évoluer au fur et à mesure de tes expériences. En cas de pépin, n’hésite jamais à demander de l’aide. Ce n’est pas parce que tu es diplômé qu’il te faut te démerder par toi-même. La meilleure sagesse est de s’entourer des personnes sur qui tu peux compter.

J’aimerai aussi te dire de te faire confiance et surtout de ne pas te mettre dans des situations trop difficiles pour toi. Si tu ne te sens pas capable de travailler avec des SDF, ce n’est pas la peine de postuler dans ce domaine. Cela ne fera du bien à personne. Ni à toi, ni à aux autres. Eclate dons ton métier dans un domaine où tu pourrais vraiment trouver ta place.

Je sais que les premiers mois, tu seras tout feu tout flamme dans ton boulot mais n’oublie pas de te ressourcer. N’aie pas peur de te remettre en question mais de façon constructive.

N’accepte pas un poste par défaut surtout dans un milieu où tu ne le sens pas trop. Un jour, je l’ai payé assez fort cher et je ne souhaite à personne de le vivre. Bien sûr qu’il faut vivre au niveau financièrement mais à quel prix ?

Ne reste pas seul et ne dis pas : «  Oui, j’ai compris » si tu n’as pas compris. Tu risquerais de te dire au fond de toi-même : «  Et bein, je ne suis pas dans la merde ! ».

Alors, bon courage dans tout ce que tu vas entreprendre, un bon courage aussi pour la reconnaissance dans tout ce que tu vas faire.

Peut-être que j’ai dis des choses simples, évidentes, mais ça peut aider de se remémorer tout cela. Les expériences des autres servent à te faire réfléchir sur tes pratiques !

 

Alors, bon vent à toi et garde confiance malgré les chutes et les illusions,

 

 

 

 

 

Par défaut