Chroniques du jour, Sentiments

Ecoute-moi

( Monologue imaginaire d’un jeune en galère, peu importe son milieu, son origine)

Ecoute-moi.

Peux-tu m’écouter avant de me juger et avant d’essayer de me donner des conseils ?

J’aimerai te dire des choses qui ne vont sûrement pas te plaire.

Je ne vais pas te mentir.

Ma colère, ma haine contre ceux qui me rejettent.

Ma colère parce que je me trouve souvent face à des gens qui me tournent le dos et m’ignorent.

Ma colère contre ceux qui n’écoutent pas ma colère et n’essayent pas de me comprendre.

Moi-même, je ne comprends rien.

Je n’accepte pas mon impuissance et cela me fout en rogne. J’ai envie de tout défoncer et fuir les cons qui prétendent tout savoir et écrasent les autres.

Je te dis que je suis en colère mais je suis aussi débouté. Quand me voit, on me regarde de travers et on peut m’étiqueter : « Terroriste en devenir ».

Dis-moi, comme pourrait-je avoir un visage agréable alors que toutes ces émotions m’habitent ?

Ecoute-moi jusqu’au bout avant de me couper la parole.

Je veux chialer. Je voudrais être un homme mais je n’y arrive pas. J’essaie de faire le dur mais ça me fait mal à l’intérieur de moi. Alors je joue et sur-joue, je prends des risques à n’en plus finir.

Je voudrais bien être utile mais on ne me fait pas confiance.

Je m’énerve encore plus parce que je ne sais plus quoi dire et surtout comment le dire. Je ne trouve plus de mots.

Même si j’ai dit des horreurs, peux-tu encore m’écouter et m’entendre?

Par défaut
Chroniques du jour

Réussir sa vie ou se réaliser?

Réussir sa vie ?
Si l’on veut réussir sa vie, c’est considérer l’échec comme mortifère.
C’est plutôt les échecs qui vont nous amener à réussir ce que l’on souhaite vivre. Il vaudrait mieux s’interroger comment on peut s’épanouir, grandir. Cela serait une parfaite harmonie entre le regard bienveillant et constructif de l’autre et l’assurance intérieur.
Comment réussir sans être dans la performance et de la perfection dénigrant toute faiblesse ou handicap ? Comment réussir si on est accablé de soucis, de souffrances ?
Comment réussir sa vie ou plutôt comment se réaliser? En faisant tout ce que l’on a envie de faire ou bien, de voir vraiment ce qui est bon pour moi afin d’être au maximum disponible à l’autre. Mais c’est surtout avec l’autre que l’on peut réussir. Peut-on vraiment s’accomplir et accomplir tout seul ?
Se réaliser en écrasant l’autre, est-ce vraiment se réaliser?

“Peut-on réussir sa mort”, phrase partagée par une personne en phase terminale de cancer. Cette personne a réussi sa mort car elle a pu insuffler de la vie à  tout son entourage, en reconnaissant chacun pour ce qu’il est, en rayonnant autour d’elle. Avec cette question, c’est prendre conscience de la vraie valeur de la vie, de notre humanité.

Alors, voici quelques pistes qui peuvent nous aider à s’épanouir et à grandir :
– L’écoute : s’écouter avec bienveillance et écouter l’autre
– Apprendre à oser et arrêter de croire que tout est difficile
Sénéque : Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles.
– Accepter ce qui ne peut être changé et développer ses propres valeurs et compétences.
– A vivre ses rêves au mieux et trouver des personnes bienveillantes et exigeantes qui sauront vous accompagner.
– Toujours faire le premier pas pour tenter de réussir et être confiant
– Et sûrement pleins d’autres….

Personnellement, J’ai eu quelques réalisations : (Avec comme handicap, ma surdité sévère)
-Avoir écrit et mis en scène de pièces de théâtre ( 2 exactement)
– Avoir joué en solo sur scène dont une fois en clown
– Avoir publié un recueil de poèmes
– Être parti en volontariat au Sénégal un an
– Pleins de petits défis réalisés sportifs (104 km de vélo en une journée, 22 m d’escalade avec un assureur mécanique (la trouille quand même) )

Et vous, quelles sont vos réussites ?
Je vous souhaite de pouvoir vous épanouir, de vous réaliser, d’accomplir des projets.

Par défaut
Chroniques du jour, Sentiments

Cheminer avec la souffrance?

DSC_0014

Il y a des souffrances qu’on ne peut pas gommer,
Qu’on ne peut pas fuir tellement ça nous prends aux tripes.
La colère est là à cause de cette injustice.
Parce que nous sommes impuissants.
Une profonde tristesse peut nous submerger.
Que dire ? Comment nommer ? A qui en parler ?
Qui peut comprendre ? Trop de questions, sans doute !
Terrible cette souffrance, singulière pour chaque personne.
Elle n’est pas comparable car tout est lié à la vie de chacun.
C’est là que le temps viendra pour adoucir ce poids
Et cheminer avec, si l’on trouve des lieux de repos,
Des lieux de paroles où l’on se sent reconnu.
A toi qui peines, n’aie pas peur de pleurer ou de crier
Mais surtout qu’on entende ta douleur, ton être tout entier.
Surtout qu’une personne puisses être à tes côtés et t’aimer
Aimer de manière sincère, sans être dans de la pitié.
Qu’il puisses t’écouter sans te juger, sans minimiser.
La souffrance n’est pas une honte, ni une fatalité.
Ne reste donc pas seul même si le premier pas est difficile.
Je te souhaite des moments de répits, des petits bonheurs ;
Des instants d’éternité jubilatoire et de sérénité.

Par défaut
Épuisement professionel, Le social

T’entendre ( vers le Burn-out?)

Je vois que tu es épuisé.

Tu t’énerves pour des broutilles.

Tu oublies l’humain

En posant tes actes de soins.

Tu t’embrouilles dans tes pensées.

Tu es à la limite du burn-out.

Et pourtant tu adores ton métier.

Tu enchaines tes heures de garde.

Tu serres les dents.

Tu figes ton visage.

Jusqu’à quand tiendras-tu?

Je t’interpelle naïvement

Je fais un peu l’idiot.

Je dis que je vois ta fatigue.

Un miroir se brise.

Et les blagues fusent.

Des mots sont expulsés de ton coeur.

Un sourire irradie ton visage.

Ton regard commence à briller.

Tu te sens soulagé, écouté.

Je comprends et j’entends ton épuisement.

Je te soutiens. Nous sommes du même bord.

Nous travaillons avec l’humain.

Ensemble, même si on ne se reverra pas,

Nous pouvons avancer, soutenu

Dans notre combat de tous les jours

En n’essayant de ne pas s’oublier.

Je sais que ce n’est pas facile.

J’ai connu ces heures où l’on enchaine

Sans pouvoir souffler, ni respirer.

J’ai connu ces moments où l’on croise

Des personnes qui nous redonne courage.

Alors ne baisse pas les bras

Sachant que tu n’es pas seul,

Qu’il y aura toujours quelqu’un

Quelque part pour t’écouter,

Te comprendre et te soulager.

Rire encore un bon coup

Et alors, tu peux continuer à vivre ton boulot

Sans perdre ta tête, ton âme et ton cœur.

Courage à toi, médecin de passage.

Courage à toi collègue du social.

Courage à toi qui travailles pour l’homme.

Et même à ceux qui travaillent dans d’autres domaines.

Par défaut
Chroniques du jour

La bienveillance envers soi-même

C’est tout un exercice d’essayer d’être bienveillant envers soi-même.

Il est plus facile de prendre soin de l’autre, d’être attentif à l’autre, d’être patient et indulgent envers l’autre.

Mais c’est quoi être bienveillant envers soi-même ?

C’est d’arrêter de se comparer négativement et de se rabaisser devant les autres.

C’est être moins exigent et moins dur, donc plus doux avec ses pensées, ses gestes, la façon de se tenir, de respirer et la façon de manger.

Ce n’est pas se mousser évidemment et devenir narcissique. Il y a quand même un juste milieu à trouver. Ce n’est jamais facile. Tout est facile à dire que de faire. Quand on prend conscience de ce décalage, c’est vertigineux.

Le but, c’est le chemin sur lequel on évolue et de prendre des chemins qui sont à notre niveau.

Est-ce vraiment la peine de prendre ce raccourci qui monte à pic ? Ne risque-t-on pas de souffrir, d’aller plus lentement et de tomber ? Est-ce vraiment raisonnable de choisir un sentier plus calme, plat où l’on risquerait de s’ennuyer ?

J’aime bien l’idée que les trous dans le chemin nous servent à rester éveillés et à ne pas s’endormir en voiture, en vélo etc…. A être vigilant et disponible en même temps.

 

Je vous souhaite de la bienveillance envers vous-même.

Par défaut