Chroniques du jour, Sentiments

Se moquer n’est pas jouer – Témoignage

En ce moment, circule la campagne contre le harcèlement scolaire. J’y suis sensible. très sensible même puisque je l’ai vécu au collège.

Comment cela se passait? Tout se jouait pas mal sur ma surdité. Dans la cour de récréation, on me sifflait et je ne savais jamais qui sifflait. Alors je cherchais le siffleur, en vain et je voyais des visages se marrer. Puis souvent ils parlaient à voix basse quand je passais, en me regardant d’un air amusé. Ils jouaient à me parler sans émettre de sons. J’avais envie de leur dire: “je sais que je suis sourd, merci”. Mais à quoi bon? Pour, j’étais niais et naïf, trop honnête même. J’en jouais pour leur faire plaisir, mais ça me rendait malade. Et tout ça, toutes les semaines.

Il y avait une période où je ne voulais plus aller à l’école et j’essayais de trouver des moyens de tomber malade. (Prise de médicaments mais je vérifiais toujours que ça n’était jamais mortel).

Je me souviens des moments où je voulais me jeter dans l’escalier de béton du collège. Mais à chaque fois, ma petite voix me disait que je pouvais en mourir. Et là, je voulais vivre malgré tout. Vivre mais loin des cons qui ne voulait que s’amuser à se moquer. J’étais le seul sourd du collège, à l’époque, selon mes souvenirs. Je ne m’étais jamais battu. Sauf une fois, en troisième. Mon prof principal m’avait enfin félicité. J’avais préféré quand même que ça se règle autrement.

Les conséquences de cette période dans vie? L’intolérance à la moquerie et aux voix basses, aux apartés.

Mais tout cela ne m’avait jamais empêcher de rêver (j’avais et ait toujours une imagination débordante), de m’appuyer sur des adultes en qui j’avais confiance et d’avoir des modèles comme des héros de romans, des héros de bande-dessinées. J’ai beaucoup écrit aussi, ce qui m’a permis aussi d’avoir des projets fous et de les réaliser! 😉

C’était il y a 20 ans. Je me dis que j’avais de la chance sans les smartphones. Aujourd’hui, tout est décuplé et la connerie s’amplifie sans aucune mesure.

Si je revoyais ceux qui me “martyrisaient”, je voudrais leur poser une question: “A quoi ça t’a servi de te moquer, de jouer de moi?”

Non, se moquer n’est pas jouer et dans tous les domaines de la vie.

Par défaut

10 réflexions sur “Se moquer n’est pas jouer – Témoignage

  1. Cela n’a pas du être évident pour toi… Tu as eu beaucoup de courage.
    Souvent le harcèlement est le mode d’expression des cons car
    ils n’ont pas d’autres façons pour s’exprimer et parfois une petite
    mise au point musclée ne leur fait pas de mal…..
    Belle soirée à toi Vivien.

  2. Les moqueries commencent souvent dès l’enfance,parce que c’est comme cela quand l’autre est différent.Peut-être ne leur a-t-on pas appris le respect surtout à notre époque?Je suis plus âgée que toi et les enfants se moquaient déjà.Les parents ont leur rôle à jouer mais la plupart s’en fichent complètement.Tu as pu compter sur les tiens et aussi sur ta force de caractère.Ce n’est hélas pas toujours le cas.Tu peux être fier de toi et tous ces cons,qui sont sur terre et qui se sont multipliés depuis (faut dire qu’une certaine technologie leur a détruit leurs neurones qui étaient déjà si faibles),mériteraient qu’on leur remette les idées en place de quelque manière que ce soit.Un bon coup de pied au cul n’a jamais fait de tort à personne. 😉
    Bonne soirée,Vivien.

  3. Bonjour Le Souffleur de mots !

    Et tu es devenu le siffleur de mots !

    Moi aussi j’ai connu ce genre de comportement
    avec des “Ta mère est folle, ta mère est folle !”
    et c’était vrai car ma mère avait des troubles mentaux sévères.
    Moi, par contre, je cognais et ils se calmaient !

    Bonne journée

    Rotpier

    http://rotpier.over-blog.com

  4. J’ai été touché par ton témoignage et je partage l’avis de Harmony! La violence du regard et de la parole commence très tôt quand l’autre te fait comprendre que tu es différent, mais la différence est un vaste mot! “Différent” un mot qui sort de la bouche trop rapidement parce que des personnes décrètent que tu dois être comme ça et pas autrement! De l’écrire ton ressenti c’est bien, ça fera écho à d’autres personnes et tu es devenu ce que tu es, alors tu peux être fier de toi!

Allez, tu peux oser mettre un mot ! ;-)