Billets d'humeur

Penser autrement ?

Rien  que de lire l’actualité, les commentaires, m’informer sur ce que décide le gouvernement, j’ai l’impression que nous ne pouvons pas penser autrement, sous peine d’être taxés d’intégristes, de rétrogrades, d’être mis à la marge. N’y a-t-il pas une juste mesure à trouver pour que chacun puisse agir selon sa conscience, selon ses valeurs ?


      Je voudrais dénoncer le gouvernement de vouloir imposer sa doctrine qui est celle de mettre tout à égalité aux niveaux des droits, de niveler les différences. Est-ce un crime de prendre du recul sur une décision importante tel que l’avortement. Ce que je comprends, c’est que l’avortement est banalisé comme si c’était un acte médical tout simple pour enlever un parasite du corps de la femme. J’entends très bien les femmes le désir d’avoir un bébé quand elles veulent. Ne faudrait-il pas se responsabiliser en amont avec les histoires de contraception, de responsabiliser aussi l’homme ? C’est vrai que je suis mal placé pour en parler mais cela me met en colère que de savoir qu’il y a des femmes qui avortent facilement alors que d’autres femmes galèrent pour avoir un bébé. Où est-elle l’égalité ? Où est l’égalité avec l’homme en permettant un avortement banalisé ?

          Puis-je penser autrement ? Penser que nous pouvons agir d’une autre manière pour réduire les inégalités, surtout les inégalités entre les riches et les pauvres. Facile de s’occuper de minimiser les différences entre l’homme et la femme. Les effets sont plus visibles et rapides.

         En fait, je suis fier de penser autrement, de ne pas être dans la norme. C’est ce qui me distingue. Se détacher de la norme ne veut pas forcément dire refuser complètement le courant et défier la Loi. Il est facile d’être un mouton face à la surenchère de la consommation et aux violences verbales racistes et antisémites. Facile d’être dans la provocation. C’est fuir la réalité et de ne pas oser être vraiment soi, de ne pas oser canaliser ses pulsions sous peur d’être traité de marginale.  

Pourrais-je utiliser une métaphore par rapport à l’action du gouvernement ? Il essaie de panser des petites piqûres aux genoux de Marianne alors que des plaies béantes s’infectent au cœur et au cerveau.


En écrivant ce billet d’humeur, je repense à la chanson de Brassens : «  La mauvaise réputation ». Elle est toujours d’actualité.

Pourquoi pas être à l’écart ?

Mais pitié pas au placard.

Etre à l’écart ? Cela peut nous aider à prendre de la distance face aux discours, de pouvoir mettre du sens et se forger des idées qui nous semblent le juste possible.

Je souhaite à chacun d’être cohérent avec ses pensées, ses valeurs et ses actes. Puis un bon courage si certains d’entre-vous ont l’impression d’être dans les marges. En fait ? Dans les marges, nous pouvons avoir une meilleure vue sur le monde qu’en plein milieu de la foule qui s’agite.

Nous pouvons penser autrement et de ne pas mettre à l’index ceux qui pensent le contraire.

 

 

 

Standard

One thought on “Penser autrement ?

  1. cam says:

    D’habitude j’aime bien lire ce blog. Mais cette fois, je suis choquée. Je suis une femme, j’ai avorté, ça n’a pas été facile du tout !! Un vrai déchirement. La capote avait craqué, la pilule du lendemain n’avait pas fonctionné, et si je l’avais gardé je l’aurais élevé seule. Il aurait été mieux que je l’abandonne à la naissance peut-être ? Ou que je l’élève sans amour car il n’avait pas été voulu ? Il faut croire que vous ne vous êtes jamais retrouvé dans ce genre de situation. Mieux vaut se taire dans ce cas. Ce genre d’idées soit disant originales, se banalisent et ça fait peur.

Allez, tu peux oser mettre un mot ! ;-)