Le social, Vie quotidienne

Les risques du métier du travailleur social

Les risques du métier du travailleur social

–        Troubles de cécité, à force d’observer, de jongler entre la nuit et le jour.

–        Troubles de l’audition, à force d’entendre crier à longueurs de journées

–        Troubles du mimétisme, à force de voir tes jeunes ou ceux que tu accompagnes marchant de façon bizarre.

–        Troubles de langage, à force de répéter mille fois les mêmes choses, de modifier tes phrases pour mieux être compris.

–        Troubles schizophréniques si l’on n’est pas cohérent avec soi-même et les autres, et qu’on mène un double-jeu.

–        Troubles de tremblements, à force de boire du café ou de l’alcool pour tenir le coup

–        Hématomes, contusions à gogos pour les coups que tu te prends

–        Tatouages permanents avec les griffes et morsures de tes jeunes autistes ou déficients lourds.

–        Céphalées ou migraines permanentes à cause des réunions à gogo, des promesses non tenus, des paroles en l’air. (Pour les incultes, Céphalées sont des maux de tête).

–        Usure des pieds à force de courir dans tous les sens

–        Taux de cholestérol très élevé à cause du sucre que l’on prend à outrance pour le tenir le coup.

–        Cancer du poumon pour les paquets de cigarettes fumés par toi-même, ou par tes collègues ou dans ton travail.

–        Arthroses pour le nombre de dossiers, de projets que tu as rempli(e).

–        ….

 

Toujours aussi partant ?

(J’entends un grand oui en chœur)

 

( Texte écrit en 2013)

Standard

9 thoughts on “Les risques du métier du travailleur social

  1. Michele says:

    OUIIIIII meme si pour moi les deux grands troubles sont: céphalées et troubles de la comprehension quand je persiste à comprendre ce qui se passe dans le secteur medico social, avec bien sur, trouble du langage a force de repeter et repeter encore

  2. Très vrai !!! Ce don de sa personne pour aider les plus démunis pour…beh veulent en majorité que profité de toi et toi !
    Salaire presque aussi bas que le niveau de l’océan, et aucune contrepartie de remerciement….

    • manue says:

      Je ne fais pas se métier pour avoir des remerciements des cadres. Les résidents me le rendent par leur câlin sourire…

  3. Pingback: Les risques du métier du travailleur soc...

Allez, tu peux oser mettre un mot ! ;-)