Histoires...

Les exploits de Gaël

Il est 14h30. Gaël traine ses jambes contre le sol rugueux de la cour. Il vient de tomber de son fauteuil et y a personne à l’horizon. Il voudrait bien crier mais sa voix est toute fluette et ridicule. Heureusement qu’il fait doux. Il sent le gravier transpercer ses paumes. Il rampe vers le gazon fraichement tondu. Arrivé, il s’allonge malgré ses jambes tordues. Il écarte ses bras comme pour essayer de s’envoler vers le ciel magnifiquement bleu. Bien qu’il se sente seul à l’instant même, il savoure le silence avec les chants de quelques oiseaux. Ses douleurs aux jambes et aux mains s’effacent petit à petit. Penchant sa tête aux cheveux longs frisés sur le côté, il aperçoit son fauteuil renversé. Comme un couillon, il n’avait pas vu la pierre. Il est allé trop vite, comme Fangio. Alors il a basculé lourdement. Il a un petit rire. Il se revoit encore avec un visage surpris et penaud.

Là, il devrait rejoindre son groupe pour un temps de travail informatique, pour créer un site web sur l’accessibilité dans sa petite ville. En y repensant, il se redresse et se hisse sur ses bras pour se diriger vers son fauteuil. Râpage sur tout son corps. C’est sa mère qui va râler sur ses vêtements. Il se dit qu’il aurait mieux valu lui mettre une cotte de maille, ou bien une armure pour sa solidité. Quoique, c’est bien lourd. Il relève tant bien que mal son fauteuil roulant. Puis il se donne le challenge de gravir et d’atteindre le sommet. Avec un peu d’élan, il s’élance mais le fauteuil se barre. Il chute face contre terre. Et merde, se dit-il. Il avait mal bloqué les roues. Il recommence. I am te best, s’écrie-t-il !

Il recommence, il sue et râle. Enfin, après avoir bien peiné, il arrive à s’asseoir confortablement. Une grande joie l’envahit. Yes ! Dans l’excitation, il s’agrippe à ses roues pour avancer et se lancer vers le bâtiment. Tellement il est excité qu’il oublie de freiner son fauteuil en arrivant à l’entrée. La porte vitrée n’a pas eu le temps de s’ouvrir que Gaël se le prend de plein fouet. Éclats en mille morceaux. Sonné, il voit l’hôtesse d’accueil venir à lui. Je vais bien, je vais bien ! Sentant qu’il va se fait remonter les bretelles, il crie : « J’ai réussi à monter sur mon fauteuil tout seul ! ». D’autres personnes arrivent pour le sortir de là, parmi les morceaux de verre qui jonchent l’entrée. On l’emmène à l’infirmerie et son éducatrice le rejoint : « Alors, on réalise des exploits ? ». La joie de Gaël est tellement énorme qu’il a oublié sa grosse bourde. Un grand sourire se lie sur son visage et les personnes autour de lui ne peuvent qu’accueillir son état de grâce.

Par défaut

Allez, tu peux oser mettre un mot ! ;-)