Histoires...

Le coude de Virginie

index

Il n’est que 15h45. Elle est déjà aux fourneaux pour préparer la cuisine. Elle s’empare de son fouet et d’un immense saladier en inox. Elle manipule avec précaution les œufs pour enfin les battre dans la farine de froment. Elle sauce son plat à tarte d’huile de sarrasin pour ensuite le remplir de sa pâte pâtissière. Avec ses poignées d’amour énorme, elle semble flotter dans un nuage de sucre et de leveur chimique. Elle lèche la casserole où elle vient de faire fondre du chocolat. Tout chauffe dans la cuisine. Un brookie cuit en même temps qu’une bonne choucroute qu’elle a bien imbibée de vin blanc d’alsace. Sur le deuxième feu, une garbure mijote. La garbure est une bonne soupe aux choux avec morceaux de légumes. Elle est souvent accompagnée de charcuteries du pays béarnais. Virginie a tout prévu. Des cuisses de confit de canard, des saucisses de Toulouse, du jambon de Bayonne sont au frais. Une friteuse est en route avec de la bonne graisse de canard. Ses hommes auront faim ce soir. Ils seront revenus de la chasse.

 

Elle sent sa poitrine la peser. Sa tête tourne. Elle pose sa main toute poisseuse et garnie sur le plan de travail. Elle glisse sur son coude. Son coude la bloque un instant. Elle ressent un énorme poids. Puis un étrange sentiment de dégout. Elle pose son deuxième coude et tient sa tête des deux mains. En s’essuyant le visage, elle sent la rondeur extrême de ses joues. Elle voit un reflet dans la vitre malgré la buée. On aurait dit une montgolfière. Sentiment de honte. Tout est soudain en elle avec les larmes qui font leur apparition. L’odeur du gras qui le réjouissait l’embaume d’une façon insoutenable. Elle prend un balai et balance tout par terre. La cuisine devient une pataugeoire assez particulière. A cause de la graisse, le four prend feu. Virginie veut essayer de sortir de la cuisine mais elle est devenue trop grosse. Elle est cuite.

Un régime implacable pour que la graisse brule, fonde en peu de temps.

Virginie se réveille avec son coude coincé dans son canapé. Elle a trop mangé de cookies en regardant « les anges de la téléréalité ». Elle tâte son ventre. Juste trois petites collines. C’est même trop. Elle téléphone à une de ses copines. Papotes et décision prise. Elles s’entraideront à manger plus équilibrer et sainement, et à marcher régulièrement.

 

Et vous, est-ce que cela vous est-il arrivé de changer d’habitudes alimentaires à la suite d’un évènement, d’une rencontre, d’une mauvaise expérience ?

Standard

Allez, tu peux oser mettre un mot ! ;-)