Chroniques du jour

La foi, mon témoignage

Il y a quelques années, j’avais une foi idyllique, une foi étriquée puis une vision de certains domaines assez orientée, assez arrêté. En quoi j’ai progressé dans mes réflexions, dans mes engagements? C’est par une volonté de mieux comprendre l’autre, de se laisser bousculer par l’autre, de mettre du sens dans ce que je fais et dans ce que je dis. Cela peut aussi se voir à travers mes écritures. Des poèmes lyriques, je suis passé aux poèmes plus réalistes, plis incarnés pour ensuite basculer dans les réflexions, des histoires un peu philosophique pour faire réfléchir.
J’ai entretenu ma foi comme j’entretiens les liens sociaux par des rencontres, des lectures, des études. Cela me permet de prendre de la distance et de ne pas suivre comme un mouton les traditions, les dogmes. Je m’attache aux écritures, aux différents interprétations sérieuses de la Parole, à la personne du Christ.
J’essaie de le vivre au quotidien, ancré dans la réalité. Je vous le partage, je voudrais juste pour témoigner ce que à je crois. Mon objectif n’est pas de vous convaincre et de respecter malgré tout ceux qui sont assez éloignés de ce domaine là.
Au regard de l’actualité, j’essaie de voir au plus juste le lien avec ma foi, mes convictions qui s’ajustent, s’affinent.
Plusieurs phrases mes viennent:
– « Aie confiance. Lève-toi. Sois sans crainte ». C’est l’idée que Jésus m’accompagne même lors des moments où je doute, je galère. Il ne me juge pas. Il m’aime parce que je suis un homme avec des faiblesses, des fragilités mais aussi des qualités.  » J’ai confiance en toi parce que je sais que tu te relèveras après être tombé »
 » Avance en eau profonde et jette tes filets », je reçois comme idée que c’est oser s’engager dans un endroit qu’on ne connaît pas, qu’on craint. C’est oser la rencontre, c’est oser s’engager, relever un défi avec la volonté de faire confiance que ça marchera. C’est comme pour ma future formation que je veux faire, je mets tous les moyens pour entrer en formation même si je ne m’y connais rien. Qu’il me faut reprendre des études.
« Chaque jour suffit sa peine. », par cette parole, il faut vivre ce que j’ai à vivre, à ne pas trop me projeter sinon je risque de perdre des choses que je vis dans le présent. Il me faut apprendre la simplicité d’être présent à ce que je fais, à ce que je suis. Si j’attends sur le quai et que le train est en retard, je vais encore plus m’énerver si je l’attends encore plus. Je prends donc mon souffle, et je prends le temps d’observer les gens, mon environnement et de faire un petit sourire. Cela peut être l’occasion de souffler, de respirer.
C’est déjà pas mal pour l’instant même si je voudrais continuer.
J’espère vraiment que chacun puisse s’ouvrir, avancer dans ses convictions, écouter ceux qui sont dans la radicalisation. Je l’ai été parfois sur certains domaines et cela ne m’a pas fait du bien car j’étais dans la violence verbale, la revendication permanente un peu hargneux mais très minime par rapport à ce qu’on voit dans l’actualité.
Je voudrais croire vraiment que chacun puisse accepter l’autre dans ses opinions quand tout se faire dans le respect de chaque personne sans distinction discriminatoire.
Je vous souhaite de grandir dans votre humanité, dans ce que vous êtes, de vous épanouir et de cheminer avec tout prochain, tout en vous respectant.

Standard

Allez, tu peux oser mettre un mot ! ;-)