Chroniques du jour

L’attente

L’attente.
Nous sommes la plupart dans l’attente lors de cette fin d’année scolaire.
Une attente angoissante, stressante vécue à des degrés divers pour chacun.
L’attente des résultats d’un examen qu’on a passé, tel que le bac, les diplômes universitaires. Je pense à ceux qui ont passé leurs licences, leurs CAPES. Une grande pensée à ceux qui ont passé le diplôme d’éducateur spécialisé ou autre diplôme du travail social.
Une attente qu’on comble par des activités qui nous occuperait la tête, pour ne pas trop s’inquiéter.
Je pense aussi à ceux qui ont passé leurs concours. Quel avenir leur sera réservé ?
Pour ma part, je viens de déposer deux dossiers pour être reçu en formation de documentation. Je comprends le stress à cause du flou total même si on peut être confiant de l’issue des résultats. Mais il faudrait s’attendre à tous, même le pire. Aucune réponse négatif. Pour trouver une voie échappatoire, pour ne pas tomber de trop haut.
Tout type d’attente est vécu en fonction de notre histoire, de notre tempérament, de nos liens sociaux. L’attente est terrible pour ceux qui sont impatients, car on voudrait que ça arrive plus vite, que l’on passe à autre chose.
Que peut-on vivre pendant cette attente quand il n’y a plus de cours, quand on ne bosse plus, quand nous sommes dans une certaine inactivité ?
Attente d’une réponse à la suite d’un entretien d’embauche. Attente de résultats médicaux. L’attente de la venue d’un enfant soit par la grossesse ou l’adoption. L’attente d’un courrier, d’un mail après avoir écrit un long texte pour éclaircir une situation personnelle. L’attente d’un conjoint, d’un compagnon qui va revenir d’un voyage.
On pourrait vivre la lecture de livres qu’on aurait aimé lire. Faire la fête avec des vrais amis si possible. Dormir pour certains quand ils se sont donnés énormément. Réviser les oraux au cas où !
Ou bien écrire, dessiner, faire du sport, aller au théâtre, se faire des projets, rêver.
Je comprends l’attente comme une période où l’on peut mûrir notre projet professionnel, familiale ou social. L’attente nous permettrait de s’affermir, d’éprouver notre désir de réussir et de mettre du sens dans ce qu’on veut vivre.
Dans l’attente, osons les rêves les plus fous comme oser imaginer le pire.
Je peux vous partager mon expérience étonnante du bac. Mon petit frère est allé voir avant moi les résultats et m’avait annoncé que j’étais recalé. J’étais resté stoïque et je me disais : « Bon, tant pis, c’est comme ça ». Puis quand je suis allé chercher mes notes, j’avais remarqué une erreur. On avait mis 0 à l’espagnol alors que j’en étais dispensé. Nous avons donc bataillé pour faire appel. Je passe bien donc les rattrapages. Ces derniers se sont très bien passés et j’ai eu mon bac. L’ayant eu, tout mon entourage s’est réjoui sauf moi. Je me suis contenté de me dire : « Tant mieux ». Mais je vous rassure, mes plus grandes joies après de longues attentes a été quand j’ai été reçu à ma formation d’éducateur spécialisé et bien sur mon DEES.

Je souhaite à chacun de vivre l’attente la moins pénible possible et vous souhaite un bon courage, et espère que vous aurez une grande joie à fêter vos réussites.

Par défaut

Allez, tu peux oser mettre un mot ! ;-)