Chroniques du jour

Héros?

Nous avons tous voulu, un jour, s’identifier à un super-héros.
Être Superman pour canaliser les forces de la nature, arrêter les bombes, les balles qui tuent des innocents.
Être Spiderman pour attraper les criminels, éviter à temps les accidents mortels.
Être Hulk pour se déchaîner contre ceux qui nous soumettent, contre ceux qui nous humilient.
Être Batman pour aider la justice à faire régner la paix.
Être un héros pour être reconnu par ses pouvoirs, ses exploits, sa puissance.
Est-ce que vouloir intensifier à un héros ne serait pas éviter de regarder ses propres limites : « Je ne sais faire que ça… Je ne suis que ça… »
Est-ce que vouloir comparer à un autre plus fort se serait pas entre autre se sous-estimer ?
Si j’accepte mes forces telles qu’elles sont, que je les assume et les mets en pratique, ne grandirais-je pas en humanité, en confiance ?
Si j’ose aller de l’avant en vérité avec ce que je suis entièrement, ne serait-ce pas une sorte d’héroïsme ?
Si je reviens aux super-héros, ils sont tous masqués, costumés. On ne connaît pas leurs visages, leurs identités, leurs origines. Si nous découvrions leurs faiblesses, l’image du héros en pâtirait car ils ne sont pas parfaits. Ils seraient démasqués.
Pour ma part, je ne serais jamais un super-héros mais je peux être un héros à ma façon avec ce que je suis, avec ce que je peux donner, offrir.
Je dis « Je » mais c’est aussi toi, chacun de nous avec nos handicaps, nos fragilités, nos histoires singulières. Héros vis à vis de mes pairs, héros vis à vis de mon conjoint, héros vis à vis de ms parents etc…
Dans mon image de héros, c’est la capacité de la personne à oser, à avoir le courage d’affronter ses peurs, ses craintes. C’est oser se faire confiance et faire confiance aux autres. Le nec plus ultra, c’est être un héros sans prétention, sans se la jouer .
Dans ma foi chrétienne, c’est la sainteté.
C’est oser être une flamme et briller avec simplicité dans sa maison, son être entier. Si on encombre trop sa maison, avec trop de pièces, trop de meubles, la lumière ne peut pas aller partout ni aller au delà des fenêtres.
C’est oser pouvoir se dégager du superflu pour que la flamme puisse être visible de partout.
Osez être cette flamme qui a besoin d’oxygène pour grandir, de l’espace pour illuminer. Oser partager votre flamme avec d’autres personnes en vue de devenir des feus de joie, de fraternité.
Comme toute flamme, elle a besoin d’être entretenu. Entretenez-vous par des liens, et aussi de vous retrouver pour faire le ménage dans votre maison. La flamme est toujours en vous si l’ont fait régulièrement le ménage, que l’on fait des travaux en tenant compte des murs fondateurs ( Nos origines, notre histoire).
Un héros est celui arrive à partager sa lumière, sa vie, à la transmettre avec simplicité, qui se met d’égal à égal sans soumission, sans domination.
Bien sur, il est difficile de la mettre en pratique. Mais l’on expérimente , nous y prenons goût avec bonheur. Et quand nous doutons, car nous sommes humains, nous pouvons nous souvenir de cette flamme qui nous permet d’espérer.
La flamme est toujours en vous et jaillit en fonction de la place que vous lui faites.
N’ayons pas peur de nous-mêmes et des regards des autres. Laisser tomber nos peurs est un travail de chaque jour mais qui en vaut la peine.

Par défaut

Allez, tu peux oser mettre un mot ! ;-)