Billets d'humeur

De la colère

Tu aimerais bien lui claquer la porte au nez à celui qui t’a manqué de respect. Pire. Ton collègue a trahi ta confiance. Tu te retiens. Tu respires profondément. Tu lui dis, de façon faussement posé : «  On en reparlera, j’ai du travail ».  Tu te mets devant ton ordi. Mais impossible de se concentrer. Tu bouillonnes. Tu refais le film dans ta tête. Tu te remémores des faits qui auraient l’amener à te trahir. Non, ça ne se fait pas de se mettre en colère. Cela ne vaut pas la peine. Tu te le redis encore une fois mais rien à faire. T’as l’impression que tu vas exploser. Une angoisse te prend aux poumons. Tu te lèves et va aux toilettes. Rafraichissement. Regard à travers le miroir. Je ne suis pas beau, dis-tu. Tu imagines que tu vas le voir. Que tu te vois lui foutre un coup de boule et que son nez éclate en mille morceaux. Non, non, Boris, calme-toi. J’assure. Je respire. Tu fermes les yeux et prends ton inspiration. Une inspiration profonde. Ta tête devient de plus en plus pleine. Cela devient une obsession. Heureusement, ta journée est finie et ton travail attendra demain. Tu prends le métro, les yeux remplis de colère. Tu ignores ceux qui t’entourent. Tu arrives enfin à ton appart. La tension est montée d’un cran. Tu balances ton sac à travers à le salon, et se fracasse contre la lampe. Cette dernière chute et se brise. Mais quel con je suis ! Tu pars à la cuisine et récupères trois vieilles assiettes. Tu les balances par terre. Explosion de porcelaine usée. Tu te déshabilles et te mets en tenue de sport. Tu pars faire du footing avec de la musique à fond dans les oreilles. C’est vraiment dommage que je sois dans cet état. J’ai pourtant passé une très bonne semaine. Tu te défoules en prenant de la distance sur ce que tu as vécu avant l’incident puis pendant.

 

Ce Boris peut-être chacun de nous. Nous pouvons être en proie à des colères qui nous dépassent. Même des colères qui surgissent sans qu’on comprenne lié à un élément déclencheur.

Il n’y pas de honte d’être en colère et de pouvoir exprimer sa colère. Même si l’on est bien, ça n’empêche pas. Il est nécessaire de laisser exprimer sa colère à travers les moyens qu’on peut avoir. S’exprimer par le sport, par la parole, par des actions concrètes comme taper dans un coussin, casser des vieilles assiettes.

Y a des colères qui peut empoisonner toute une vie, empoisonner des relations.

Il n’y a pas de colères sans raison, enfin, il me semble.

Colère à cause d’une injustice, d’une trahison, d’une humiliation etc.

Savoir prendre de la distance grâce à un tiers, mettre des mots.

Ne restez jamais seul avec votre colère. Je pourrais oser dire qu’il vaut mieux ne pas rester seul à gamberger dans ses émotions fortes. Nous avons tous besoin de soupapes.

 

 

Standard

2 thoughts on “De la colère

Allez, tu peux oser mettre un mot ! ;-)