Histoires...

Ambroise – Episode 3

Vendredi 15 janvier. 10h56. De faibles rayons de soleil peinent à entrer dans la chambre. Des ombres, des reflets sont projetés au plafond. Une perfusion a été posée sur le dos de ma main gauche. Je ressens le produit qui se faufile sous ma peau. A ma main droite, est posée la main d’une personne qui semble me connaitre. Mais qui ? Elle me parle mais je ne la comprends pas. Elle verse quelques larmes. Pitié, pas de larmes. Je ne veux pas être plaint. Cela rime à quoi ? Surtout si cela ne n’aide pas à m’en sortir. Des mots me reviennent. Barbara. La Jassautière. Le château de la Jassautière ? C’est possible. Ce château qui pénètre mes rêves chaque nuit et même lors de mes songes.

 

Mardi 19 janvier. 17h31. Je commence à entendre. Est-ce la perfusion qui me purgeait depuis ces quatre jours. Une grande joie m’envahit. J’arrive même à émettre des sons. Malgré la douleur de ma tête, j’ai envie de me lever. Et de partir d’ici pour comprendre. J’appelle. Une infirmière s’empresse. Puis suit mon médecin qui est ravi de mon état. Il me fait le point. Je suis Ambroise. Ambroise Mathaux. 37 ans, né à Fraçon sur Piou, au château de la Jassautière. Je suis satisfait. On m’a récupéré dans un état déplorable. J’avais disparu de la nature après une fête. Ah oui, une fête, c’est vrai. Tout me revient. C’était l’anniversaire de Barbara, ma femme. Barbara ? Je m’interroge. Qu’est-elle devenue ? La personne que j’ai vue tout à l’heure ? C’est ma mère. Je commence à poser pleins de questions. Mon médecin me calme. Je sens qu’il me cache des choses. Il ne veut pas tout me dire. Une énergie monte en moi. Je me redresse. Je veux aller au château de la Jassautière. Là, où s’est passé la fête ! L’infirmière et le médecin me contiennent. Mes jambes tremblent. Une colère sourde monte mais je contiens mon émotion. Cela ne sert à rien pour l’instant. Mais cette nuit, je partirai d’ici. Comment, dans quelle direction ? J’aviserai. Pourquoi ai-je disparu et pourquoi je ne m’en souviens pas ?

Par défaut

Allez, tu peux oser mettre un mot ! ;-)